Tous les articles par OA

Répression en Comminges

L’Organisation Anarchiste informée des événements survenus en Comminges et des poursuites à l’encontre des huit militant(e)s, dont quatre ont subi une garde à vue avant d’être convoqué-e-s au tribunal de Saint-Gaudens, le jeudi 26 septembre à 8H30, témoigne de son entière solidarité avec des personnes qui subissent la répression et les violences étatiques, ce qui est ici le cas de ces quatre compagn(e/on)s. Lutter contre les dérives autoritaires et les exactions -sociales, économiques, (in)humaines…- d’un Système qui privilégie son fonctionnement inégalitaire et son statut de privilégié au détriment de la majorité des individus, est non seulement un acte légitime mais il est même nécessaire. C’est pourquoi L’Organisation Anarchiste tient à apposer sa signature au bas du communiqué [déclaration] qui suit, communiqué réalisé par les quatre camarades poursuivis et victimes de la vindicte étatique.

Perpignan le 17 septembre 2019
Le secrétariat de l’O.A.

Communiqué de presse

Tout comme sur l’ensemble du territoire national, ici aussi en Comminges les autorités répriment les mouvements populaires. Intimidations, interpellations, gardes à vue, condamnations. Depuis le début du mouvement des gilets jaunes, ce sont huit personnes qui ont subi la répression judiciaire au tribunal de Saint-Gaudens.
Les autorités répriment de plus en plus férocement les mouvements de contestation, elles oppriment de plus en plus les forces qui s’opposent à leur politique. Gilets jaunes, marche pour le climat, luttes syndicales se voient confrontées à la violence étatique, sont victimes d’exactions policières, de mutilations qui ne sont pas des bavures. Nous sommes face à une gestion politique délibérément violente.
Nous sommes entrés dans un autoritarisme qui se généralise à toute la société.
Nos libertés publiques sont en danger, sous le coup d’un arsenal de lois toujours plus liberticides. Le droit de manifester est remis en cause. Les mouvements populaires sont criminalisés. L’institution judiciaire est de plus en plus assignée à des fins de maintien de l’ordre. Le gouvernement cherche à asphyxier la contestation politique : quand la matraque ne suffit pas à disperser les foules, le marteau du juge prend le relais.
Il existe aujourd’hui en France des centaines de prisonnières et prisonniers politiques, de condamnés, de « délinquantes et délinquants » dont le seul crime est de lutter pour le droit à vivre dans la dignité. Condamnés, parce qu’ils et elles luttent contre un système inégalitaire qui détruit les existences et ravage le vivant au nom du profit et du pouvoir.
Condamnés, parce qu’ils et elles tentent de bâtir une réelle démocratie. Condamnés, pour avoir accusé les dirigeants et les dirigeantes, les nantis de crime contre l’Humanité et plus généralement contre le vivant.
Nos luttes et nos actions se construisent collectivement. La résistance face à la répression se construit également collectivement. La solidarité est notre arme. Nous sommes solidaires de toutes les victimes de la répression.
Nous ne sommes pas des criminelles et criminels, nous ne sommes pas des délinquants et des délinquantes comme la justice nous considère. Nous sommes soucieux de l’avenir de l’Humanité, nous sommes conscients des urgences écologiques, nous voulons un monde de justice, d’égalité, de fraternité. Un monde viable. Nous dénonçons ce système suicidaire. Nous sommes réalistes. Ce sont les raisons pour lesquelles nous luttons et continuerons à lutter.

Signataires solidaires du communiqué des 4 inculpé-e-s.

Organisation Anachiste


INFORMATION

Suite à la Marche pour le climat du 16 Mars 2019 qui a convergé avec les gilets jaunes du Comminges au rond point de l’autoroute (à Saint-Gaudens)… convocation de 14 personnes en gendarmerie pour des faits d’entrave et attroupement sans armes :

  • 2 personnes n’étaient pas présentes à la manif’ mais ont quand même été fichées
    (photos et empreintes et une placée en garde à vue, pour rien).
  • 8 personnes vont recevoir un  »Rappel à la Loi » (mais on ne sait à l’heure actuelle ce qui va être  »rappelé » vu le vide du dossier).
  • 4 autres personnes ont subi une Garde à Vue et sont convoquées au Tribunal Correctionnel le 26 septembre!

Face à la répression – la SOLIDARITE est notre arme

RdV au Tribunal de St-GO – Le 26 Sept. à 8h30

La République en Marche N’aime pas les gens qui Marchent !
Marche pour le climat, Manif de Gilets Jaunes, Manif d’enseignant-es, Mouvement des blouses blanches, etc
Tout ce qui bouge est victime de la répression en 2019 !
Parce qu’on a le droit de manifester
Parce qu’on ne mange jamais de Homard
Parce qu’il fait trop chaud …

Nous continuerons et nous appelons à soutenir les inculpé-es.

Diverses Actions d’information, et Appels à la Mobilisation vont s’organiser jusqu’au procès le 26 sept. et au-delà.

Programme à venir, les détails seront diffusées sur :

comminges.demosphere.net – lecafedesvallees.fr – gillesetjohn.net – iaata.info – Facebook (bloquons Saint-gaudens) – contact: juridique@gillesetjohn.net…

Au lendemain du 1er mai, un compagnon anarchiste a été violemment attaqué à coups de couteau

Liberté d'expression
Liberté d’expression

Au lendemain du 1er mai, un compagnon anarchiste a été violemment attaqué à coups de couteau au siège du Monde Libertaire et de Radio Libertaire, dans la librairie Publico (Paris XIème).

Une enquête pour tentative de meurtre est en cours.

Cette librairie est clairement identifiée comme un lieu culturel anarchiste. C’est un endroit où l’on peut trouver des ouvrages, des écrits, de la presse, des musiques, des films différents et engagés. Ce lieu permet aussi des rencontres, des expressions, des projets libres, alternatifs. En somme un espace militant au service des luttes sociales, un porte-voix autant national qu’international de l’expression du mouvement libertaire et au delà.

Ce lieu ouvert enrichit la pensée, l’expression, la diffusion, la communication des valeurs pour l’émancipation, pour la dignité humaine, l’information libre, réelle et partagée.

C’est dans un contexte de violences publiques contre la liberté d’expression, un contexte de lutte et de mise en lumière plus forte des idées libertaires et de résistance à toute forme de soumission et d’obscurantisme, que cet acte odieux s’est produit.

C’est en faisant face ensemble pour affirmer notre présence et nos valeurs que nous les ferons progresser, dans le respect de notre diversité mais dans l’unité face à ceux qui veulent nous faire taire.

«La liberté est toujours la liberté de penser autrement.» Rosa Luxemburg  Plus que jamais conscients de cette absolue nécessité, nous manifestons notre soutien et notre solidarité avec la librairie Publico et le compagnon agressé.

Le chemin vers la Liberté ne nous autorise pas à renoncer.

Soutien à Yannis Youlountas

*Répondre à:*   maudetyannis@youlountas.net

URGENT : INFO ET APPEL À SOUTIEN APRÈS NOTRE LOURDE CONDAMNATION

Encore *un grand merci pour votre soutien durant le procès insensé que nous ont intenté les fascistes de Defend Europe*, suite à leur expédition anti-migrants à bord du navire C-Star en été 2017. Grâce à vous, notre comité de soutien a pu prendre en charge l’essentiel des frais de Justice en première puis en deuxième instance.
Malheureusement, le jugement du procès en appel vient de tomber comme une enclume : nous sommes lourdement condamnés, tous les deux, et ce, pour tous les chefs d’accusation ! Tous les détails sont ici

Outre 4 mois de prison avec sursis pour Jean-Jacques (complètement démesurés), *nous sommes tous deux condamnés à payer près de 10 000 euros* (en plus des frais de Justice des deux procès).
Dans ce contexte, nos moyens personnels étant très modestes, nous avons tout d’abord pensé impossible d’assumer de surcroît un pourvoi en cassation.
En effet, *l’ensemble des frais pour partir en cassation s’élèvent également à 10 000 euros* (pour tous les deux), alors que nous n’avons pas d’argent et que nous allons devoir trimer et vendre des babioles pour payer nos condamnations.
Cependant, ces derniers jours, notre comité de soutien et nos camarades du collectif Defend Mediterranea (qui a réussi à mettre en échec l’expédition Defend Europe en Méditerranée, avec d’autres) nous ont convaincu de nous pourvoir en cassation en faisant le pari que votre solidarité sera à nouveau au rendez-vous pour cette dernière manche.
C’est pourquoi vous trouverez ci-dessous les coordonnées bancaires de notre comité de soutien pour participer (par chèque, virement ou pot commun), si vous voulez nous soutenir dans cette ultime épreuve (encore merci à nos mandataires financiers Annick et Éric Sirvin avec le soutien technique de l’association Cercle des poètes tarnais, sans oublier Maud et Sandrine).

POURQUOI TENTER DE GAGNER EN CASSATION EST-IL SI IMPORTANT ?
L’enjeu principal, ce n’est pas notre honneur, ni l’annulation des sommes à verser à nos ennemis.
*L’enjeu principal, c’est l’idée qu’on se fait, vous et nous, de la vérité et de la justice*. Notre procès en appel a été honteux, sur le fond comme sur la forme, au point que, de l’avis de tous, Yannis a été privé du droit de se défendre équitablement :
Ensuite, il est impensable de laisser le moindre bout de terrain à ces énergumènes, même au sein de ces palais de marbre dans lesquels on ne se sent pas franchement à notre place. *En rester là, ce serait admettre qu’on puisse inverser les rôles, alors que c’est inadmissible : ce sont eux qui ont fomenté le projet sordide d’empêcher le sauvetage d’adultes et d’enfants en danger de mort en Méditerranée, pas nous !* Ce procès est complètement kafkaïen !
Pour finir, si la condamnation de Yannis pour le qualificatif « nazi » (l’un des chefs d’accusation le concernant) se confirmait, c’est-à-dire sans cassation, cela ferait jurisprudence dans d’autres affaires en cours ou à venir. C’est donc aussi pour d’autres personnes concernées que nous devons contre-attaquer, en espérant parvenir à couvrir les frais.
Nous faisons donc appel à votre solidarité, une dernière fois, dans notre bras de fer judiciaire contre ces dirigeants fascistes.

TROIS FAÇONS POSSIBLES POUR NOUS SOUTENIR

1 – participer au*pot commun* sur le site dédié :

2 – envoyer un*chèque* à l’ordre du Cercle des poètes tarnais (ne rien ajouter sur l’ordre) à l’adresse suivante :
ANEPOS */ Solidarité avec Yannis et Jean-Jacques /* BP 10 / 81540 SORÈZE

3 – faire un*virement* au Cercle des poètes tarnais en mentionnant /
*Solidarité* *avec Yannis et Jean-Jacques*/ dans le libellé.
IBAN : FR48 2004 1010 1606 9098 3K03 727 BIC : PSSTFRPPTOU

Une pensée également pour les 7 de Briançon qui seront en procès à Gap ce 8 novembre, pour Cédric Herrou et pour les autres poursuivis présents ou futurs.
On ne baisse pas les bras !
Solidairement, Yannis et Jean-Jacques

CQFD : en cas de surplus, le solde serait évidemment reversé à des associations d’aide aux migrants et réfugiés.

Solidarité envers les migrants

Yannis YOULOUNTAS et Jean Jacques RUE sont deux camarades qui luttent sur tous les terrains sociaux qui requièrent présence, solidarité et action dans le but de contrecarrer les dérives autoritaires, inégalitaires, ségrégationnistes, inhumaines et fascisantes qui ont cours dans nos sociétés contemporaines.
Pour avoir porté aide et solidarité aux migrants en Méditerranée ils ont été condamnés à partir d’une requête des fascistes de « Defend Europe ».

4 mois de prison avec sursis pour Jean Jacques RUE et tous deux condamnés à s’acquitter d’une amende 10 000 euros.

Pour les raisons invoqués auparavant l’Organisation Anarchiste se déclare solidaire de l’action des deux camarades et appelle l’ensemble des organisations pour lesquelles *la solidarité avec les migrants, la lutte contre le fascisme et la lutte contre toutes les dérives autoritaires* fait sens, à faire connaître publiquement votre soutien et à les aider financièrement…

IAL de Mai 2018

Sommaire du n° 111

Solidarité avec la ZAD / Pages 3- 5
Article analysant les étapes de la lutte depuis janvier

Relaxe à Saint-Gaudens… Une victoire contre tous les fichages ! / Pages 6,7
Histoire d’un procès militant contre tous les flicages

Figures anarchistes… / Pages 8-13
Jean-Baptiste VALLET, Antoine DIMONT, François MINET et d’Henri TERRENOIRE … Militants anarchistes de l’Allier

Dossier : Histoire de lutte – Mai 68 / Pages 14-27
Triptyque autour des événements qui secouèrent l’hexagone il y cinquante ans…

Nous irons jusqu’au bout / Pages 28, 29
« Face à une oligarchie qui défend ses privilèges par tous les moyens il ne faut pas désespérer, il faut juste lutter encore et toujours. »

Contacter « Organisation Anarchiste / Page 30
Entrer en contacts avec nos groupes et liaisons

 


Cliquez ici pour télécharger le journal complet (.pdf)

Solidarité avec la CNT-f attaquée dans ses locaux lyonnais

Après les lâches agressions de lycéen-ne-s et d’étudiant-e-s (à Paris, Lille…) et dernièrement à Montpellier par des nervis extrémistes, l’attaque fasciste lancée dans la nuit du 30 au 31 mars 2018 contre les locaux lyonnais de la CNT-f, après celle perpétrée il y a quelques mois contre les locaux de la CGA dans cette même ville, nul n’est besoin de montrer que la radicalité et la criminalité sont grandissantes dans les officines de l’extrême-droite française.

La progression de plus en plus forte des mouvements nationalistes dans toute l’Europe et ailleurs ainsi que les violences qui s’y rattachent, tout cela doit nous conduire à accroître notre vigilance.

Cela doit nous imposer de renforcer l’entraide dans les milieux libertaires et la défense solidaire de nos locaux et manifestations afin de mettre un terme à toutes les provocations, les agissements criminels et les violences physiques de la militance fascisante.

Pour l’Organisation Anarchiste

Le secrétariat

IAL de Janvier 2018

EDITO

En ce début d’année 2018, un rappel anniversaire vient nous restituer un peu de mémoire révolutionnaire. Sans en faire l’Alpha et l’Omega de la révolution sociétale il nous touchera probablement de manière plus profonde que les regards dans le rétroviseur de l’Histoire qui émaillent les pages «Histoire» ce numéro 110 d’IAL.
Le cinquantenaire de ce que fut le mai libertaire de «68» nous réconcilie avec des événements qui ne nous gêneraient en rien
si nous avions à les revivre. A contrario « Els fets de maig del 37 »[1] et le coup d’Etat bolchévique d’Octobre 1917 ont pu sans conteste nous filer la gueule de bois !

SITUATION SOCIALE CATASTROPHIQUE
A part ça, en ce début d’année 2018 il nous faut aussi penser à la situation actuelle. Une situation désastreuse pour une grande majorité des habitant-e-s de la planète terre.
Au niveau hexagonal, pour nous en tenir à une dimension pour nous plus abordable, les dernières manifestations et grèves qui ont émaillé les années 2016 et 2017 ont été couronnées d’insuccès. Au départ nous allions voir ce que nous allions voir. Et nous avons vu !!!
La Loi «El Khomri», puis la Loi «Travail» nous ont pelé le peu de laine qui nous restait sur le dos.
Pour l’année qui commence et pour celles qui ne manqueront pas de suivre, une chose nous paraît certaine. Dès à présent nous pouvons nous attendre à des lendemains qui vont déchanter. La pauvreté qui n’a cessé de se répandre jusqu’à devenir, le plus souvent, le décor d’un quotidien bien inhumain va encore se développer…
Une manière de s’opposer à cette réalité nous est bien connue : c’est la lutte sans concession contre les nantis, les bourgeois et les capitalos…

EMPOISONNEMENT ÉCOLOGIQUE
La saga écologiste trop longtemps cantonnée dans les sphères
politicardes a fini par décliner jusqu’à quasiment disparaître.
Aujourd’hui les préoccupations environnementales sont mises
en équations à plusieurs inconnues : un Hulot ministre de la
Transition écologique et solidaire qui n’en finit plus d’avaler les couleuvres du tout libéral… Une rentabilité «glyphosatée» qui se compte en nombre d’années cancérigènes : 3 ou 5 ans à en chier… Ils nous «ogéaiment», ils nous «glyphosatent», ils nous «pesticident», ils nous» homicident» et nous empoisonnent en toute impunité et ils voudraient encore que nous la bouclions…

EMPOISONNEMENT RELIGIEUX
Il n’est pas un seul jour sans que les médias ne viennent nous seriner avec des références déistes et/ou religieuses. L’effet bourrage de crâne, dans leur esprit, vient contrebalancer les annonces des attentats et des massacres terroristes ainsi que les attitudes intrusives de Toutes les religions dans notre quotidien. Les noncroyants, les athées et beaucoup d’autres avec nous ne goûtent que modestement ces façons unilatérales et autoritaires de vouloir nous formater…

SOURIEZ VOUS ÊTES FLIQUÉ-E-S !
L’état d’urgence permanent est venu baliser nos vies au jour le jour. La peur engendrée par le terrorisme a permis à celles et ceux qui s’arrogent les titres, les statuts et les prébendes, en un mot le «Pouvoir», de banaliser (ou de légitimer) un état au sein duquel la
police, l’armée et toutes les forces de coercition ont pris du galon. Au point que notre cri «TOUT ETAT EST POLICIER», un slogan qui claque au vent des manifs et contestations, s’affuble aujourd’hui d’une dimension supplémentaire : Tout Etat se donne ou s’invente les moyens de criminaliser toute contestation et peu importe les raisons de ces contestations et luttes. L’essentiel pour lui c’est que toute remise en cause de son rôle et de ses actes puisse être considérée comme une posture criminelle, et de ce fait, le rendre légitime quand il vous poursuit, vous emprisonne et quelques fois vous élimine. Ainsi «Tout Etat criminalise dans l’urgence».
Panorama bien noir dirons certain-e-s ! A cela nous rétorquons, «Noir» sera le drapeau de la révolte. Comme il y a cinquante ans de cela, c’est avec l’esprit contestataire chevillé au corps que nous pourrons espérer, encore et toujours, en un avenir meilleur, un
futur solidaire, égalitaire et libertaire. Plutôt que de se barricader et s’enfermer dans nos mondes individualisés, descendons dans les rues pour montrer notre détermination, érigeons les barricades de la lutte collective.
Mettons à bas le vieux monde !


[1] Les Journées de mai ou Événements de mai nous renvoient à plusieurs journées de troubles et d’affrontements survenus à Barcelone en divers endroits de la province de Catalogne, dans la première semaine du
mois de mai 1937.
Ils ont opposé, d’une part des anarchistes (CNT, FAI, FIJL…) et le groupe marxiste (POUM) partisans de la révolution sociale aux autorités légales de la 2ème République espagnole, de la Généralité de Catalogne et
le parti communiste (PCE et PSUC), d’autre part.
Ces journées sanglantes sont considérées comme l’apogée des affrontements entre les partisans d’une révolution sociale, en progrès
constant depuis juillet 1936 et les représentants de la République espagnole, en fait la réaction dominée par les staliniens…


Cliquez ici pour télécharger le journal complet (pdf)