Archives par mot-clé : lutte

IAL de Mai 2018

Sommaire du n° 111

Solidarité avec la ZAD / Pages 3- 5
Article analysant les étapes de la lutte depuis janvier

Relaxe à Saint-Gaudens… Une victoire contre tous les fichages ! / Pages 6,7
Histoire d’un procès militant contre tous les flicages

Figures anarchistes… / Pages 8-13
Jean-Baptiste VALLET, Antoine DIMONT, François MINET et d’Henri TERRENOIRE … Militants anarchistes de l’Allier

Dossier : Histoire de lutte – Mai 68 / Pages 14-27
Triptyque autour des événements qui secouèrent l’hexagone il y cinquante ans…

Nous irons jusqu’au bout / Pages 28, 29
« Face à une oligarchie qui défend ses privilèges par tous les moyens il ne faut pas désespérer, il faut juste lutter encore et toujours. »

Contacter « Organisation Anarchiste / Page 30
Entrer en contacts avec nos groupes et liaisons

 


Cliquez ici pour télécharger le journal complet (.pdf)

Solidarité avec la CNT-f attaquée dans ses locaux lyonnais

Après les lâches agressions de lycéen-ne-s et d’étudiant-e-s (à Paris, Lille…) et dernièrement à Montpellier par des nervis extrémistes, l’attaque fasciste lancée dans la nuit du 30 au 31 mars 2018 contre les locaux lyonnais de la CNT-f, après celle perpétrée il y a quelques mois contre les locaux de la CGA dans cette même ville, nul n’est besoin de montrer que la radicalité et la criminalité sont grandissantes dans les officines de l’extrême-droite française.

La progression de plus en plus forte des mouvements nationalistes dans toute l’Europe et ailleurs ainsi que les violences qui s’y rattachent, tout cela doit nous conduire à accroître notre vigilance.

Cela doit nous imposer de renforcer l’entraide dans les milieux libertaires et la défense solidaire de nos locaux et manifestations afin de mettre un terme à toutes les provocations, les agissements criminels et les violences physiques de la militance fascisante.

Pour l’Organisation Anarchiste

Le secrétariat

IAL de Janvier 2018

EDITO

En ce début d’année 2018, un rappel anniversaire vient nous restituer un peu de mémoire révolutionnaire. Sans en faire l’Alpha et l’Omega de la révolution sociétale il nous touchera probablement de manière plus profonde que les regards dans le rétroviseur de l’Histoire qui émaillent les pages «Histoire» ce numéro 110 d’IAL.
Le cinquantenaire de ce que fut le mai libertaire de «68» nous réconcilie avec des événements qui ne nous gêneraient en rien
si nous avions à les revivre. A contrario « Els fets de maig del 37 »[1] et le coup d’Etat bolchévique d’Octobre 1917 ont pu sans conteste nous filer la gueule de bois !

SITUATION SOCIALE CATASTROPHIQUE
A part ça, en ce début d’année 2018 il nous faut aussi penser à la situation actuelle. Une situation désastreuse pour une grande majorité des habitant-e-s de la planète terre.
Au niveau hexagonal, pour nous en tenir à une dimension pour nous plus abordable, les dernières manifestations et grèves qui ont émaillé les années 2016 et 2017 ont été couronnées d’insuccès. Au départ nous allions voir ce que nous allions voir. Et nous avons vu !!!
La Loi «El Khomri», puis la Loi «Travail» nous ont pelé le peu de laine qui nous restait sur le dos.
Pour l’année qui commence et pour celles qui ne manqueront pas de suivre, une chose nous paraît certaine. Dès à présent nous pouvons nous attendre à des lendemains qui vont déchanter. La pauvreté qui n’a cessé de se répandre jusqu’à devenir, le plus souvent, le décor d’un quotidien bien inhumain va encore se développer…
Une manière de s’opposer à cette réalité nous est bien connue : c’est la lutte sans concession contre les nantis, les bourgeois et les capitalos…

EMPOISONNEMENT ÉCOLOGIQUE
La saga écologiste trop longtemps cantonnée dans les sphères
politicardes a fini par décliner jusqu’à quasiment disparaître.
Aujourd’hui les préoccupations environnementales sont mises
en équations à plusieurs inconnues : un Hulot ministre de la
Transition écologique et solidaire qui n’en finit plus d’avaler les couleuvres du tout libéral… Une rentabilité «glyphosatée» qui se compte en nombre d’années cancérigènes : 3 ou 5 ans à en chier… Ils nous «ogéaiment», ils nous «glyphosatent», ils nous «pesticident», ils nous» homicident» et nous empoisonnent en toute impunité et ils voudraient encore que nous la bouclions…

EMPOISONNEMENT RELIGIEUX
Il n’est pas un seul jour sans que les médias ne viennent nous seriner avec des références déistes et/ou religieuses. L’effet bourrage de crâne, dans leur esprit, vient contrebalancer les annonces des attentats et des massacres terroristes ainsi que les attitudes intrusives de Toutes les religions dans notre quotidien. Les noncroyants, les athées et beaucoup d’autres avec nous ne goûtent que modestement ces façons unilatérales et autoritaires de vouloir nous formater…

SOURIEZ VOUS ÊTES FLIQUÉ-E-S !
L’état d’urgence permanent est venu baliser nos vies au jour le jour. La peur engendrée par le terrorisme a permis à celles et ceux qui s’arrogent les titres, les statuts et les prébendes, en un mot le «Pouvoir», de banaliser (ou de légitimer) un état au sein duquel la
police, l’armée et toutes les forces de coercition ont pris du galon. Au point que notre cri «TOUT ETAT EST POLICIER», un slogan qui claque au vent des manifs et contestations, s’affuble aujourd’hui d’une dimension supplémentaire : Tout Etat se donne ou s’invente les moyens de criminaliser toute contestation et peu importe les raisons de ces contestations et luttes. L’essentiel pour lui c’est que toute remise en cause de son rôle et de ses actes puisse être considérée comme une posture criminelle, et de ce fait, le rendre légitime quand il vous poursuit, vous emprisonne et quelques fois vous élimine. Ainsi «Tout Etat criminalise dans l’urgence».
Panorama bien noir dirons certain-e-s ! A cela nous rétorquons, «Noir» sera le drapeau de la révolte. Comme il y a cinquante ans de cela, c’est avec l’esprit contestataire chevillé au corps que nous pourrons espérer, encore et toujours, en un avenir meilleur, un
futur solidaire, égalitaire et libertaire. Plutôt que de se barricader et s’enfermer dans nos mondes individualisés, descendons dans les rues pour montrer notre détermination, érigeons les barricades de la lutte collective.
Mettons à bas le vieux monde !


[1] Les Journées de mai ou Événements de mai nous renvoient à plusieurs journées de troubles et d’affrontements survenus à Barcelone en divers endroits de la province de Catalogne, dans la première semaine du
mois de mai 1937.
Ils ont opposé, d’une part des anarchistes (CNT, FAI, FIJL…) et le groupe marxiste (POUM) partisans de la révolution sociale aux autorités légales de la 2ème République espagnole, de la Généralité de Catalogne et
le parti communiste (PCE et PSUC), d’autre part.
Ces journées sanglantes sont considérées comme l’apogée des affrontements entre les partisans d’une révolution sociale, en progrès
constant depuis juillet 1936 et les représentants de la République espagnole, en fait la réaction dominée par les staliniens…


Cliquez ici pour télécharger le journal complet (pdf)

Aéroport… Non merci !

Il aura donc fallu près d’un demi-siècle, pour que le projet de l’aéroport «nantais» soit abandonné et en « rase campagne »… Précision utile c’est grâce à la lutte tenace des opposant-e-s à ce projet que cette lubie libérale a pu finir en capilotade.

Exit donc les édiles locaux favorables à ce projet délirant défiant la raison environnementale, exit les agriculteurs prêts à vendre des terres pour en faire des pistes (projet ou pro «jets»), exit la consultation(1) taillée sur mesure, consultation qui consacrait l’entêtement d’une petite majorité prête à tout sacrifier sur l’autel du productivisme… Exit donc les « Vinci » (???) et consorts qui profitent de toutes les occasions pour s’en foutre plein les fouilles…

Le gouvernement a reculé et la classe politique n’a fait que constater les faits ! Elle a, en la circonstance, fait oeuvre de déclarations et discours politiques –politiciens- mais elle a sérieusement manqué de classe ! En effet, celles et ceux, toutes tendances confondues, qui s’autorisent constamment à distribuer bons et mauvais points, se sont retrouvé-e-s pour féliciter ou désapprouver le gouvernement, mais pour l’essentiel ont omis de s’attarder sur la lutte, son contenu libertaire (liber-terre) et sur l’extraordinaire capacité des opposant-e-s à gérer tous les aspects d’un combat qu’elles et ils ont souhaité victorieux dès l’origine…

Les médias n’ont voulu retenir qu’un des aspects de la « reculade » du Pouvoir : le nécessaire « nettoyage » par les flics et les gendarmes de cette zone qu’ils n’ont eu aucune peine à qualifier de zone de non droit…
L’envoi des chiens de garde du Capital et de l’Etat va maintenant ouvrir une nouvelle étape : le «nettoyage» de la zone. Les forces du désordre vont pouvoir s’en donner à coeur joie (ce qu’elles faisaient déjà du reste fort servilement) pour emmerder celles et ceux qui ont décidé de rester et de vivre sur place. L’Etat n’a pas pu faire plier les opposant-e-s. Le pot (liber)-terre a vaincu le pot de fer.
Mauvais perdant, mais pouvait-il en être autrement, l’Etat fait donner la troupe.

Dégager les groupes d’opposant-e-s, cette « lie de la terre », ces «Indien-ne-s» à l’Ouest qui se refusent à courber l’échine face aux «tuniques bleues», voilà aujourd’hui le coeur de l’Info !

Déclarer que les «zadistes» sont en possession d’armes de chasse, de munitions, d’explosifs, de produits inflammables et/ou d’objets assimilés à des armes par destination, voilà le stratagème du pouvoir et des médias afin de «légitimer» flics et gendarmes dans le contrôle des individu-e-s, les fouilles de véhicules et leur permettre d’emmerder le monde faute de pouvoir l’incarcérer…

En conclusion, dans ce monde de brutes, où les gens de pouvoirs s’emploient à écraser les plus démuni-e-s, celles et ceux qui subissent au quotidien les politiques désastreuses et inhumaines, qu’elles émanent de l’Etat, des Capitalistes ou des deux simultanément, la lueur d’espoir partie de Notre Dame Des Landes n’est pas prête de s’éteindre.

  A la fin du 19ème siècle Proudhon a pu déclarer « La propriété c’est le vol ! Il avait vu clair et sa mise en garde s’est avérée d’une acuité jamais démentie !

Aujourd’hui, en levant les yeux au dessus de Notre Dame Des Landes les zadistes et nous avec eux nous pourront nous écrier «le vol ne viendra pas détruire notre aspiration à une propriété collective !»

Organisation Anarchiste


(1)

Il s’est agi d’une consultation et non d’une « référendum », limitée aux seul-e-s élect-eurs-rices du département de Loire Atlantique (44) qui a donné 55% de votes favorables contre 45% de votes défavorables. A signaler que dans les zones proches de la ZAD, c’est le NON qui l’emportait…

Perpignan – Conférence-débat autour du thème « Pour une véritable riposte sociale » – 24 novembre

Le groupe Puig Antich organise en son local – Libraririe INFOS, 2 rue Théodore Guiter (près de la place des Poilus) le VENDREDI 24 novembre 2017 à 18H30 une conférence-débat autour du thème « Pour une véritable riposte sociale ».

Après les vicissitudes et les insatisfactions rencontrées au cours de la lutte de l’année 2016 : diverses grèves de 24H séparées dans le temps -loi EL Khomri- et, aujourd’hui, les piètres réponses proposées par les orgas syndicales » représentatives », en réponse aux attaques gouvernementales -loi Travail- il devient plus qu’urgent de faire entendre un autre son de cloche.

Afin d’échanger et proposer d’autres voies que celles qui nous sont « imposées » ce rendez-vous du 24 nous paraît souhaitable, utile et important.

Nous vous espérons nombreuse et nombreux…
En l’attente, nous vous transmettons notre salut amical et libertaire.

Groupe Puig Antich de Perpignan – Organisation Anarchiste
http://infosetanalyseslibertaires.org

Le Libertaire 66 n°22 – OA Perpignan

Journal local de l’OA Perpignan (septembre 2017)

Le Libertaire N° 22 (téléchargement)

Ils nous disent « démocratie »

Les dernières élections présidentielles et législatives sont venues illustrer nos propos concernant l’ineptie du système électoral qui confond « choix démocratique » et recours à la prise de décision
individuelle, autonome, indépendante, responsable et assumée…Il est vrai que « l’éducation » qui nous est proposée par les diverses strates de décideurs autoproclamés c’est « ne bronche pas, ne bouge pas ton cul et ferme ta gueule ». Ils s’emploient à nettoyer le cerveau des individus jusqu’à en faire des zombies incapables de penser par eux-mêmes de décider et/ou d’assumer leurs responsabilités…
(la suite en téléchargement le journal)

Macron mène la guerre sociale ? Grève générale !

Réformes anti-sociales, oligarchie politicienne crasse,  mépris des pauvres, etc…
Et nous devrions nous soumettre ?…

 

La Politique autrement ?
C’est sur ce mantra qu’une nouvelle équipe a fait main basse sur la représentation nationale et le gouvernement du pays. Fini la politique à papa, on allait voir souffler le vent du renouveau qu’ils disaient! Quel renouveau en effet que celui d’un ministre de la justice en charge de la moralisation de la vie publique obligé, à peine installé, de quitter le gouvernement avec d’autres ministres de son parti pour cause de bricolages avec l’argent public ! Quel renouveau que l’arrogance du président à la pensée complexe qui est persuadé que le petit peuple n’est pas en capacité de comprendre ses projets pour la France et même pour le Monde, en toute simplicité ! Quel renouveau que de charger le gouvernement précédent pour justifier toutes sortes de coupes budgétaires !… Une fois de plus, plus ça change, plus c’est pareil, voire pire.

 

Déclaration de guerre des classes !
Le gros morceau de la rentrée c’est bien sûr la Loi Travail n°2. Les opposant-es à la première mouture avaient déjà tâté de la matraque socialiste, il est fort probable que les mêmes arguments seront distribués à celles et ceux qui ne se résignent pas à avaler les couleuvres que la bande de managers au pouvoir nous servent à grand coups d’ordonnances : ça va gazer dans les rues, on peut en être sûrs ! L’avenir se dessine très clairement : les licenciements se feront maintenant encore plus facilement et pour un coût facile à prévoir puisque les indemnités pour licenciement abusif seront plafonnées. Tout le reste n’est que du baratin. Les tauliers du MEDEF ne cachent pas leur joie, qu’est-ce qu’ils ont dû siffler comme champagne ces derniers jours !
La liste est longue : baisse de cinq euros par mois pour les Aides Pour le Logement, état d’urgence permanent, gel des contrats aidés, réforme du droit du travail, réforme des impôts, etc… Étrange comme le hasard est fait, l’État serre la ceinture des plus pauvres tandis que les plus aisés se déboutonnent !

 

Un monde nouveau
Merde aux tribuns du peuple, populistes, orateurs ou oratrices, opportunistes de tous bords, celles et ceux qui nous exhortent à continuer de croire en des lendemains électoraux qui chantent la Marseillaise. A nous de construire à présent ! A nous de penser et bâtir un monde nouveau, libre, égalitaire et solidaire. Les anarchistes sont de ce combat de tous les jours. A chacun et chacune d’y prendre sa part, loin des sirènes politicardes, patriotardes et religieuses.

Organisation AnarchisteEnsemble, pensons et construisons
la Révolution sociale et libertaire !

 

Toulouse, septembre 2017
Groupe Albert Camus
Organisation Anarchiste Toulouse
organisation_anarchiste@infosetanalyseslibertaires.org
http://infosetanalyseslibertaires.org


– signez et faites signer le manifeste athée :
https://www.change.org/p/le-manifeste-athée –

…Il n’est pas de sauveur suprême, ni dieu, ni césar, ni tribun… 

…Il n’est pas de sauveur suprême, ni dieu, ni césar, ni tribun…

Les résultats du premier tour sont sans appel, le « choix des urnes » se fera entre les loups gris de l’extrême-droite et les jeunes loups aux dents longues du libéralisme new-look. Une fois de plus, ceux et celles qui pensaient pouvoir changer leur vie au moyen d’un bulletin de vote en seront pour leurs frais : il ne leur reste plus qu’à ressortir les pinces à linge de 2002 pour aller faire barrage à …
Certain-es y croyaient, à gauche et s’étaient pris à rêver que leur champion se retrouve en finale… Tant de marseillaises chantées et de drapeaux bleu, blanc, rouge agités et à la fin la grande désillusion. Pourtant ce n’est pas si surprenant quand on y réfléchit bien, une autre chanson bien plus intéressante dit très justement : « …Il n’est pas de sauveur suprême, ni dieu, ni césar, ni tribun… ». A méditer.
Au bout du compte c’est le libéralisme économique qui continue inlassablement à pousser l’avantage sous les habits neufs d’une bande de managers qui nous plumeront comme l’ont fait leurs prédécesseurs.
Une poignée d’oligarques, politiques, économiques et religieux tiennent le monde entre leur griffes et ne sont pas prêts de lâcher prise. Les anarchistes appellent depuis toujours à renverser ce monde archaïque, ce modèle de société fondé sur l’inégalité politique et sociale que les gouvernements qui se succèdent défendent au nom d’une modernité derrière laquelle se cachent une ribambelle de profiteurs réactionnaires qui nous saignent et qui planquent le pognon que nous leurs faisons gagner dans leurs banques.
Malgré la pression étatique et policière des actions de contestation aux formes multiples se poursuivent et c’est tant mieux : car des luttes il va en falloir pour en finir avec cette société qui produit toujours plus de richesses en semant la misère, la guerre et l’injustice qui font le lit du fascisme étatique et religieux.

En finir avec les impasses électorales

Les citoyen-nes ont leur part de responsabilité dans la débâcle d’aujourd’hui: en s’en remettant, élections après élections, aux état-majors politiques, de droite comme de gauche, et aux centrales syndicales pour gérer le monde à leur place et négocier en leur nom. L’entêtement à jouer à l’alternance gauche droite produit les effets dont on peut voir les conséquences aujourd’hui.
Alors oui disons le sans détour, il y a urgence à résister en contestant l’ordre établi avec pour objectif la construction d’un monde nouveau.
Cette construction d’un autre futur ne passera pas par un relookage du personnel politique. Faire de la politique autrement passe par encourager et développer la capacité d’auto-organisation des collectifs d’individu-es, qui se battent pour gagner le pouvoir de décision sur leurs vies. L’avenir c’est l’auto-organisation et l’autogestion étendues à tous les domaines de la vie sociale pour que personne ne décide à notre place.
Cela nécessite une révolution radicale de la vie politique comme l’instauration de mandats révocables et la déprofessionnalisation des activités politiques. Cela nécessite de remplacer la représentation par la délégation à tous les niveaux de la vie sociale, dans les entreprises,  dans les quartiers et les écoles.
 Organisation Anarchiste

 

Ensemble, pensons
et construisons la
Révolution sociale et
libertaire !

 

Toulouse avril/mai 2017
Groupe Albert Camus
Organisation Anarchiste Toulouse

organisation_anarchiste@infosetanalyseslibertaires.org
http://infosetanalyseslibertaires.org


signez et faites signer le manifeste athée :

VENDREDI 14 AVRIL – 18H30 – « La fabrique du musulman » (Perpignan)

VENDREDI 14 AVRIL – 18H30 – « La fabrique du musulman »
Essai sur la confessionnalisation et la racialisation de la question sociale

Conférence – Débat organisée par le Groupe Puig Antich de l’Organisation Anarchiste, vendredi 14 avril à 18H30 à la librairie « Infos ».

Nedjib Sidi Moussa, auteur de l’ouvrage éponyme, aux éditions Libertalia sera présent à Perpignan pour y présenter les thèses qu’il y développe et pour animer le débat qui ne manquera pas de suivre…
Nedjib est Docteur en science politique, Université Paris I (Panthéon-Sorbonne). Il est Chargé d’enseignement à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO).

Groupe Anarchiste Puig Antich
Organisation Anarchiste
http://infosetanalyseslibertaires.org

_________________________________________

Le racisme anti-arabe ne date pas d’aujourd’hui. Il ne date pas du 11 septembre ni des récents attentats. Ce qui est nouveau en revanche, c’est l’importance, d’un côté de comme l’autre, du thème religieux.
La laïcité et la défense de la République contre l’islam servent souvent de prétexte à un recyclage du bon vieux racisme anti-immigrés et anti-maghrébins en particulier.
Du côté de ces derniers l’islam va souvent servir de marqueur identitaire, d’autant plus fort « qu’il » semble attaqué.
Le racisme et la réaction identitaire s’alimentent mutuellement et enferment chaque réalité dans des identités figées. Ne restent debout et ne face l’un de l’autre, que la République de la matraque et la« religion des opprimés ».
Face aux tentatives de fragmentation et de segmentation de la classe ouvrière, une partie de la gauche radicale en est venue à confondre la défense des musulmans contre le racisme d’État avec la défense de la religion en tant que telle.
Au nom de l’adage selon lequel les ennemis (ou présumés tels) de mes ennemis sont mes amis se sont ainsi forgées d’improbables alliances entre religieux et libertaires, gauchistes et frères musulmans.
Comme s’il suffisait de retourner le discours du pouvoir et de l’inverser, pour obtenir la vérité !
Comme si les religions avaient jamais fait bon ménage avec la révolution !
C’est en pensant à tous ceux et celles, athées, mécréants, libres-penseurs, qui se retrouvent ainsi privés de parole et d’existence sociale et politique, de tous ces « Musulmans » et « Musulmanes » présumés, ayant préféré la lutte des classes et la poursuite de la liberté à la quête des origines, et qui refusent de choisir entre la république de l’abjection et la religion de l’enfermement, que Nedjib Sidi Moussa a écrit La fabrique du musulman, qui éclaire d’une façon plus générale la manière dont le pouvoir instrumentalise les questions religieuses et identitaires afin de désamorcer toute perspective émancipatrice.

Avec la CLAF : Solidarité contre les violences fascistes !

L’attaque de la librairie « La Plume noire » de la CGA lyonnaise le samedi 19 novembre 2016 s’ajoute aux déjà trop nombreuses agressions fascistes dirigées contre des locaux anarchistes, libertaires et anarchosyndicalistes.

Rappelons‑nous l’agression dont fut l’objet le local de la CNT de Metz de la part du GUD, au mois de mars 2015, puis celle de la librairie l’Autodidacte, librairie de la Fédération Anarchiste à Besançon, qui subit l’assaut de nervis fascistes, dans la nuit du 17 au 18 octobre de la même année.

Nous avions, à cette époque, communiqué à ce sujet, en indiquant que « les lieux de culture populaire alternative, combative et libertaire, sont des cibles toutes désignées pour les groupuscules fascistes qui n’ont de cesse que de s’en prendre à la culture et aux espaces de liberté. »

Encore récemment, le 12 novembre dernier, à Lille, des syndicalistes étudiant‑e‑s et lycéen‑ne‑s (UNEF et UNL) ainsi que des militant‑e‑s de la jeunesse communiste (MJCF et UEC) ont été agressé‑e‑s par des militants d’extrême droite alors qu’ils/elles fêtaient l’anniversaire de l’un des leurs dans un bar du centre‑ville.

La CLAF ‑ Campagne Libertaire Anti Fasciste ‑ qui regroupe en son sein les militant‑e‑s de la Confédération Nationale du Travail, d’Alternative Libertaire, de la Fédération Anarchiste, de la Coordination des Groupes Anarchistes et d’Organisation Anarchiste relaie l’appel à la solidarité des camarades lyonnais-e‑s qui viennent de subir cette lâche agression afin de leur permettre de retaper leur local et de poursuivre leurs activités militantes.

Pour les soutenir, cette adresse a été créée : soutienplumenoire@riseup.net

Au‑delà de la solidarité militante évidente, pour barrer la route au fascisme, la CLAF appelle à intensifier le combat pour créer aujourd’hui les conditions d’une riposte d’ampleur à caractère social et de classe, une riposte permettant de désigner les véritables responsables de la situation de crise actuelle : le système capitaliste et l’État.

Le 26 novembre 2016,

Campagne Libertaire AntiFasciste : Alternative Libertaire, Coordination des Groupes Anarchistes, Confédération Nationale du Travail, Fédération Anarchiste, Organisation Anarchiste